Vous êtes ici : Les dossiers autour de la maison > Construction > Comment casser un mur porteur en toute sécurité ?

Comment casser un mur porteur en toute sécurité ?

Il n’est pas superflu de rappeler à quel point l’abattage d’un mur porteur est une opération délicate. Il en va de la solidité de la maison et de votre propre sécurité. Aussi, pour réaliser cet ouvrage, il convient de prendre connaissance d’un certain nombre de règles et de techniques.

Reconnaître un mur porteur

L’un des défauts des maisons anciennes est qu’elles n’ont pas toutes été érigées dans un souci d’optimisation d’espace. Elles sont même parfois si mal agencées que l’on a tendance à se sentir à l’étroit. Pour pallier cette problématique, casser les murs est la solution. Cela permet de gagner plus d’espace et d’augmenter la luminosité. Sauf que certains de ces murs sont dits "porteurs".

Piliers de la maison, ils ont pour rôle de soutenir la charpente, la toiture et les étages supérieurs. Autant dire que leur présence est indispensable pour que votre maison ne s’effondre pas. Mais comment différencier un mur porteur d’une simple cloison qui n’est là que pour séparer les différentes pièces ?

L’une des techniques les plus faciles consiste à identifier l’épaisseur du mur. Si elle est de moins de 15 cm, cela signifie qu’il s’agit d’un mur simple. Au-delà, il est question d’un mur porteur. Écoutez également le son du mur. En toquant dessus, il faut que le bruit soit sourd pour qu’il s’agisse d’un mur porteur, car une cloison émet un son plus creux.

Les différentes étapes pour casser un mur porteur

En réalité, parler de "casser un mur" n’est pas vraiment exact. Il ne s’agit pas de casser, mais plutôt de le découper. Bien évidemment, cela ne s’effectue pas n’importe comment. La première étape consiste à bien sécuriser le mur porteur pour éviter qu’il ne s’effondre. Pour ce faire, vous avez besoin d’étayer. Mais au préalable, retirez le parement du mur. Puis, posez les poutres métalliques verticales qui supporteront le poids de la maison.

Vous devez les placer de chaque côté du mur porteur ainsi qu’au niveau des planchers hauts. Pour ne pas abîmer votre revêtement de sol, installez des cales en caoutchouc ou en bois. Au cours de l’opération, il est également crucial de poser un linteau appelé aussi IPN qui va permettre de soutenir les charges des étages supérieurs. Il sera nécessaire d’ouvrir petit à petit le mur sur l’emplacement de ce linteau, avant de l’installer définitivement avec des étais et des cales.

Maintenant que votre maison est parfaitement sécurisée, vous pouvez lancer l’opération d’abattage. Utilisez une scie à béton, une tronçonneuse ou une grosse meuleuse puis faites une saignée, qui est une ouverture verticale de 30 cm, à faire à partir de 1,2 mètre du sol. Cette opération effectuée, abattez le mur entre les poutres. Attention, il ne faut jamais faire une démolition d’un mur porteur en débutant à son angle.

N’omettez surtout pas de demander les autorisations nécessaires avant le début des travaux. Si vous vivez dans une maison individuelle dont vous êtes propriétaire, une déclaration de travaux auprès de la mairie est nécessaire. Si vous êtes copropriétaire, vous ne pourrez entamer aucune démarche sans l’autorisation du syndic de copropriété.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : HNQQ9e

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Continuez votre lecture