Vous êtes ici : Les dossiers autour de la maison > Construction > Comment traiter les murs intérieurs humides : conseils, solutions, prix

Comment traiter les murs intérieurs humides : conseils, solutions, prix

Les problèmes d’humidité ne sont pas rares au sein des habitations et sont une véritable plaie ! Parfois difficiles à identifier, il est souvent encore plus complexe d’y remédier définitivement. Il existe pourtant des solutions ! Voici quelques conseils pour aider.

Comment traiter les murs intérieurs humides

Première étape : repérer les traces d’humidité chez soi

Si près d’un foyer sur cinq est concerné par un problème d’humidité en France, en identifier les signes n’est pas toujours simple. Celle-ci se manifeste en effet de plusieurs manières, parfois d’une façon, parfois à travers plusieurs signes.

Quoi qu’il en soit, si vous apercevez au moins un des symptômes suivants, votre habitation est touchée par un problème d’humidité :

  • Une humidité visible et au toucher sur les murs ;
  • Des tâches et auréoles d’humidité sur vos murs, vos plafonds et/ou vos sols ;
  • Des moisissures sur les parties basses des murs, les angles, les entourages de portes et les bords de fenêtres ;
  • Les enduits, les papiers peints, les revêtements muraux, les peintures murales et/ou les lambris se décollent, forment des cloques ou se gondolent ;
  • Du salpêtre apparait en surface sous forme de mousse blanchâtre ;
  • Une odeur de renfermé et/ou de moisissures se fait sentir dans les pièces.

Deuxième étape : rechercher (et trouver !) les causes de l’humidité

Avant de vous lancer dans n’importe quel cache-misère, cherchez la cause de l’humidité. Soigner la surface ne servira à rien si vous ne savez pas d’où celle-ci provient. Imaginez que vous devez traiter une maladie ; il vous faut trouver la cause pour trouver le bon remède et ne pas vous contenter d’avaler des médicaments inutilement. Il est essentiel de trouver la source du problème pour le résoudre, vous éviterez une importante perte de temps et d’argent en procédant logiquement !

Les causes de l’humidité peuvent être multiples :

  • Une ventilation défectueuse ou insuffisante : si l’humidité ne peut être naturellement évacuée par la ventilation, elle reste dans les pièces et se dépose sur les murs. Cela entraine de la condensation, des traces humides et des moisissures.
  • Une infiltration extérieure : si vos entourages de portes et fenêtres sont fissurés, si vos tuiles sont descellées, si les joints ou les enduits en façades sont inefficaces ou obsolètes, l’eau s’infiltre et se loge dans vos murs jusqu’à ressortir au sein de votre intérieur.
  • Une remontée capillaire : l’eau du sol remonte en surface si vos fondations sont mal conçues.
  • Un dégât des eaux peut également entrainer des problèmes d’humidité.

Au moindre doute, faites appel à un professionnel. Il pourra identifier la cause de l’humidité et vous proposer des solutions ou vous dispenser des conseils pour y remédier.

Troisième étape : traiter le problème d’humidité

Nous l’avons déjà dit, mais il est essentiel de rappeler qu’avant d’embellir vos murs pour masquer les traces d’humidité, il est impératif de traiter le problème à sa source.

Selon l’origine de l’humidité, plusieurs travaux peuvent être réalisés :

  • S’il s’agit d’une mauvaise ventilation, il est conseillé de l’améliorer. Installez une VMC pour mieux renouveler l’air et lutter efficacement contre la condensation, surtout dans les pièces humides telles que la cuisine et la salle de bain. Faites vérifier le système, nettoyez-le et remplacez-le si nécessaire afin qu’il soit bien dimensionné à votre habitation. De plus, n’hésitez pas à aérer votre logement chaque jour au moins 5 minutes.
  • En cas d’infiltration, identifiez la source et remédiez-y sans tarder. Isolez vos murs depuis l’extérieur, comblez les fissures et faites les réparations nécessaires pour que l’eau ne puisse plus s’infiltrer. Si besoin, changez les portes et fenêtres mal isolées ; cela représente un certain investissement, mais vous y gagnerez sur la durée.
  • Pour lutter contre les remontées capillaires, injectez de la résine et effectuez un drainage suffisant pour assainir entièrement vos fondations avant de les protéger d’une membrane étanche.
  • Si l’origine de l’humidité provient d’une fuite, faites-la réparer sans tarder. Bien souvent, lorsque la rupture d’une canalisation est la cause, les traces d’humidité apparaissent lorsque le mur est déjà gorgé d’eau. N’attendez plus pour agir !

Quatrième étape : faire ses travaux de décoration

L’origine de l’humidité a été bien identifiée et est convenablement réparée ? Parfait ! Il vous reste maintenant à… patienter encore ! Attendez en effet que vos murs, vos plafonds et/ou vos sols soient entièrement secs avant de vous attaquer à vos travaux de décoration. Cette étape est souvent très pénible, mais elle est indispensable.

En effet, bien que le problème ait été réparé à sa source, l’humidité est toujours présente dans les surfaces. Les murs, les sols et les plafonds sont encore gorgés de l’eau stockée pendant plusieurs jours, semaines, mois, voire années ! Si vous recouvrez déjà vos surfaces, les mêmes problématiques se reproduiront (papier peint décollé, peinture cloquée, lambris gondolé, etc.). De même, si vous appliquez tout de suite un enduit isolant et anti-humidité, l’eau stockée cherchera un autre chemin et s’étendra au cœur de vos surfaces pour ressortir plus loin.

Alors avant de décorer votre maison, attendez plusieurs jours, voire plusieurs semaines selon les dégâts, afin que les murs, les sols ou les plafonds soient bien secs. Vous pouvez ensuite commencer vos travaux :

  • Brossez et nettoyez entièrement les murs, les sols et les plafonds touchés, en insistant sur les parties les plus tachées par l’humidité. Cette étape vous permettra de repartir à neuf, sur un mur sain débarrassé des moisissures et bactéries dues à l’eau stagnante.
  • Pour certaines surfaces, telles que le plâtre ou le bois, il peut être plus judicieux de remplacer entièrement une paroi si l’eau s’est infiltrée en profondeur. Cette dernière a en effet tendance à faire gonfler certaines matières, ce qui crée des irrégularités en surface. Dans le cas du carrelage, il est également conseillé de remplacer les éléments touchés.
  • Vous pouvez, si vous le souhaitez, appliquer un traitement de surface de type hydrofuge. Cette couche permettra de bien isoler vos murs, vos sols et/ou vos plafonds des risques d’humidité restants et prolongera l’éclat de votre décoration de surface.
  • Posez votre revêtement mural, de sol ou de plafond : papier peint, moquette, lambris, parquet, enduits, peinture, carrelage, etc. Vous êtes désormais libre d’y appliquer ce que vous souhaitez !

Si la source de l’humidité a bien été identifiée et réparée, et si vous avez laissé à vos parois le temps de sécher convenablement, vos revêtements ne devraient plus souffrir des aléas liés à cette problématique.

Quelle facture, quel prix pour traiter l'humidité d'une maison ?

Ces travaux ont un coût, évidemment variable selon la prestation. Pour l’installation d’une VMC, comptez entre 150 et 1500 euros selon le modèle choisi et les éventuels travaux à réaliser. Pour traiter un problème de remontées capillaires, la facture se situera entre 30 et 60 euros le mètre linéaire.

Pour assécher un mur humide, vous pourrez acheter votre propre centrale d’assèchement pour un budget de 500 à 2000 euros, ou réaliser des travaux d’assainissement par injection pour 50 euros les 5 litres. Un drainage vous coutera quant à lui jusqu’à 3000 euros selon la surface à traiter. Si vous faites appel à un professionnel, le tarif peut varier de 2000 à 6000 euros, fourniture comprise.

Enfin, ajoutez à cela le coût des traitements hydrofuges avoisinant 10 euros le litre, et des travaux d’embellissement et de décoration.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : gP6n5K

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Continuez votre lecture