Vous êtes ici : Les dossiers autour de la maison > Aménagement > Comment choisir un monte-escalier : conseils, modèles et coût

Comment choisir un monte-escalier : conseils, modèles et coût

Avec l’âge et la mobilité qui se réduit, il est souvent nécessaire de repenser les habitations pour les rendre plus accessibles et plus confortables. Les monte-escaliers font partie de ces équipements qui changent la vie des personnes qui éprouvent de grandes difficultés pour atteindre leurs étages supérieurs, ou même qui ne peuvent plus le faire sans l’aide d’un tiers.

Ils permettent de gravir les marches de la maison sans aucun effort. Le monte-escalier est la situation idéale pour redonner de l’autonomie à une personne âgée qui vit à son domicile ou aux personnes handicapées en facilitant leur mobilité au sein de la maison. Tour d’horizon des caractéristiques des différents monte-escaliers pour mieux les choisir.

Comment choisir un monte-escalier : conseils, modèles et coût

Comment fonctionne un monte-escalier ?

Les monte-escaliers fonctionnent grâce à des rails installés sur l’escalier en fonction de sa forme. Selon les constructeurs, le monte-escalier circule soit sur un simple rail, soit sur un double. Un guide métallique, fixé sur ces rails, est relié au siège du monte-escalier via un bloc moteur qui entraîne un pignon sur une crémaillère. Le moteur fonctionne grâce à deux batteries rechargeables placées chacune à un bout de l’escalier.

Un monte-escalier nécessite toujours des espaces disponibles assez grands en bas et en haut des escaliers. D’abord, pour faciliter son installation et son utilisation, ensuite pour ne pas entraver l’accessibilité des escaliers aux autres utilisateurs. Cet espace est notamment nécessaire aux pieds des marches car un monte-escalier est toujours installé sur le sol et non sur la première marche pour des questions d’accessibilité et de sécurité. En conséquence, il faut pouvoir installer le siège du monte-escalier en bas de l’escalier sans encombrer tout cet espace.

Comment choisir un monte-escalier ?

L’ergonomie du monte-escalier est l’un des principaux critères à prendre en compte. Il doit en effet être particulièrement adapté à son utilisateur. Il doit aussi être simple d’utilisation et confortable.

En fonction des contraintes moteur de l’utilisateur

Pour bien choisir un monte-escalier, il faut en premier lieu considérer les contraintes physiques de l’utilisateur. Suivant l’usage qu’il peut faire de ses jambes et de ses bras, de sa possibilité ou non d’adopter la position assise, de son poids, de son sens de l’équilibre et de l’aide dont il peut bénéficier à son domicile, le choix d’un monte-escalier sera différent. Il faut effectivement que le siège soit bien adapté et le plus confortable possible. Ensuite, la commande du siège, qui prend la forme la plupart du temps d’une manette, doit correspondre au niveau de mobilité de la main de l’utilisateur.

En fonction des contraintes techniques de la maison

L’installation d’un monte-escalier à domicile dépend également des contraintes de l’habitation. Il doit s’adapter à la largeur de l’escalier, à sa forme (droit ou tournant), au nombre d’étages, aux espaces disponibles aux extrémités des escaliers et à la hauteur du plafond de la cage d’escalier.

Les différents modèles de monte-escaliers

Le monte-escalier électrique

Le monte-escalier électrique est le plus connu et le plus répandu. Il s’agit d’un fauteuil fixé sur des rails, eux-mêmes installés le long des escaliers. Les commandes de ce monte-escalier sont disposées à la fois sur le siège et en haut et en bas des escaliers.

La chaise élévatrice

La chaise élévatrice s’installe dans toutes les maisons, même à plusieurs étages. Le rail n’est pas fixé sur les escaliers ou sur le mur mais au plafond. Le siège est relié au rail par un tube. La chaise élévatrice a l’avantage de laisser le maximum d’espace disponible dans les escaliers. Il existe des modèles adaptés aux fauteuils roulants et d’autres pour les personnes à mobilité faiblement réduite. La chaise élévatrice peut accepter un poids allant jusqu’à 125 kilos.

La plateforme pour fauteuil roulant

Ce type de monte-escalier, qui prend la forme d’une plateforme, s’adresse aux personnes qui se déplacent en fauteuil roulant. Elles peuvent ainsi, sans quitter leur fauteuil, prendre place sur la plateforme et, à l’aide de commandes, parvenir à l’étage supérieur. Certains modèles fonctionnent grâce à des rails parallèles aux marches, d’autres s’apparentent plutôt à des petits ascenseurs qui montent et descendent verticalement.

Le mini-ascenseur

Le fonctionnement de ce monte-escalier ressemble en tout point aux véritables ascenseurs. Il peut supporter jusqu’à 250 kg de charge.

Les normes de sécurité applicables aux monte-escaliers

La fabrication et l’installation des monte-escaliers sont régies par des normes européennes et françaises destinées à garantir la sécurité de cet équipement. Ces normes définissent des règles à suivre pour éviter au maximum les risques de chute ou de panne.

Le siège

Le siège d’un monte-escalier doit répondre à des normes de confort et de sécurité. Il peut notamment être pivotant pour être le plus accessible possible pour l’utilisateur, sans efforts.

Les détecteurs d’obstacles

La présence de détecteurs d’obstacles est obligatoire sur un monte-escalier. Il permet d’arrêter automatiquement le mécanisme si un objet se trouve sur le passage du monte-escalier.

La ceinture de sécurité

Les utilisateurs de monte-escaliers sont tous à mobilité réduite et souffrent d’un manque d’autonomie. Ces personnes ont davantage de risques de chuter. Pour éviter ces accidents, la ceinture de sécurité est obligatoire sur un monte-escalier. Elle permet à l’utilisateur d’utiliser son monte-escalier en toute sécurité.

Le système d’arrêt d’urgence

Un monte-escalier doit être équipé d’un système d’arrêt d’urgence en cas de fonctionnement anormal du mécanisme ou d’obstacles sur son passage.

Le système de verrouillage

Afin d’éviter tout accident, le monte-escalier est muni d’un système de commande avec verrouillage. Il empêche ainsi toutes les personnes, et en particulier les enfants, de mettre en marche et d’utiliser cet équipement.

Les télécommandes

Les monte-escaliers sont tous équipés de deux télécommandes, une installée en bas de l’escalier, l’autre en haut. Elles permettent de faciliter au maximum l’utilisation du monte-escalier.

Le système de fin de course

Toujours dans le but de sécuriser le plus possible les monte-escaliers, ces derniers doivent obligatoirement être équipés d’un dispositif de fin de course. Il a pour fonction d’arrêter automatiquement le monte-escalier à la fin de sa course, au bas de l’escalier, comme en haut.

Combien coûte un monte-escalier ?

Le prix d’un monte-escalier varie en fonction de nombreux critères comme le type d’escalier, le modèle choisi, les options (revêtement du siège par exemple) et bien sûr des travaux nécessaires pour l’installer au domicile. Il faut compter à partir de 3 000 euros pour un monte-escalier classique, entre 8 000 et 10 000 euros un monte-escalier tournant, jusqu’à 12 000 euros pour une plateforme ou 15 000 euros pour un mini-ascenseur.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : sBXHEh

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Continuez votre lecture