Vous êtes ici : Liste des dossiers > Jardin > Le jardin japonais : une bonne idée à faire chez soi !

Le jardin japonais : une bonne idée à faire chez soi !

Au Japon, l’aménagement des jardins est un art important et respecté. Contrairement aux jardins occidentaux qui privilégient une composition géométrique, les jardins japonais donnent une interprétation et une idéalisation de la nature en s’efforçant de limiter les artifices. C’est sous l’influence du bouddhisme que les premiers véritables jardins sont dessinés. Historiquement, c’est sur l’île d’Honshù, la grande île centrale du japon, que sont apparus ces jardins, façonnés en fonction du climat tempéré et humide de ce lieu avec quatre saisons bien distinctes et enrichis par la grande diversité de la flore qui y était présente.

Le jardin japonais

Cette île composée en grande partie de massifs volcaniques parcourus d’étroites vallées, a conduit à l’emploi de styles naturels, adaptés aux contours du terrain, et ne cherchant pas à imposer un grand dessein géométrique aux jardins. Ils sont donc très inspirés des paysages de montagne (torrents, chutes d’eau, pentes raides et pâturages) et de côtes découpées, autant de motifs naturels sous toutes leurs formes que l’on retrouve dans différents styles de jardins.

Les trois grandes catégories de jardins japonais

On peut effectivement considérer qu’il existe trois grandes catégories de jardins japonais. Il ya les jardins qui représentent la nature en miniature, les « jardins de thé » d’une simplicité extrême comprenant des chemins paysagers menant à une maison de thé et enfin les « jardins secs » ou « zen », destinés à la méditation. Ces derniers, très représentatifs des jardins japonais, font appel à une représentation plus abstraite en utilisant des matériaux inhabituels pour symboliser des éléments de la nature, comme du sable ou des graviers pour représenter la mer ou des rochers, parfois entourés de mousse, qui font office de montagnes, de cascades ou de bateaux.

Le jardin est souvent créé autour d’un bâtiment (une résidence ou un temple) depuis lequel il est voué à être vu. Au-delà de l’architecture propre du bâtiment, et sans chercher les règles esthétiques qui régissent leur agencement, on peut constater qu’un grand nombre d’éléments typiques se retrouvent dans les jardins japonais qu’ils soient réels ou symboliques.

Ils peuvent donc être composés de rochers, choisis pour leur forme, leur couleur, leur taille et leur texture, d’un salon de thé ou d’un pavillon, de sable ou de gravier sur lequel sont dessinés des motifs, de chemins de terre, de gravier ou de pierres, d’une bordure matérialisée par une haie, une palissade ou un mur de facture traditionnelle, d’éléments décoratifs comme des bassins d’eau, lanternes, statues ou pagodes. L’eau est très présente dans ces jardins que ce soit sous forme de mares, de chutes, de rivières ou d’un lac centrale qui est souvent surplombé d’un pont qui mène à une île ; Les étendues d’eau contiennent fréquemment des carpes.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : qYKhwC

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers